Diététique sportive

Pourquoi les bodybuilders ont-ils des Fringales?

Faire de la musculation entraîne nécessairement une sensation de faim. D’une part parce que nous dépensons des calories et que l’organisme a dès lors besoin de nouvelles calories pour puiser de l’énergie et d’autre part parce que nos muscles doivent se reconstruire afin de croître après une séance, ce qui nous dotera d’ailleurs, d’un métabolisme de base plus important.

Cependant, nos sensations de faim ou irrésistibles envies de manger s’expliquent aussi par un processus hormonal que créent ces entraînements et qu’il convient de comprendre si l’on souhaite brûler un peu de gras au passage. Certes, beaucoup diront qu’il faut grossir pour créer du muscle quitte à re-sécher après mais quid lorsque vous souhaitez avoir du muscle un peu plus sec pour sculpter votre corps ?

Afin de se confectionner son programme de nutrition personnel, il convient de bien comprendre ce qui se passe dans notre corps pour gérer nos fringales.

Plusieurs hormones et neurotransmetteurs interviennent dans le processus de sensation de faim suite à un entrainement

On relève notamment parmi ceux-ci: la ghréline, la leptine, la sérotonine, le cortisol, l’acéthylcoline et GABA. Envisageons chacun d’entre eux avant de réfléchir à la façon selon laquelle il est possible d’endiguer notre irrépressible envie de nous ruer sur les aliments, même s’ils sont de bonne qualité

Commençons par envisager les hormones:

La grhéline : il s’agit de l’hormone responsable de la sensation de faim. Elle produite par notre estomac et peut-être coupée par la cholescystokini (CCK) qui est libérée par la partie haute de l’intestin grêle et par l’étirement de l’estomac

La leptine : il s’agit d’une hormone qui nous envoie un signal de sensation de faim lorsque notre réserve de graisse corporelle diminue

Le cortisol: notamment secrété en cas de stress, entrainera dès lors des envies de sucres, de graisses et de sel

Les neurotransmetteurs sont également à l’origine de nos fringales. On relève notamment parmi ceux-ci :

La dopamine: nécessaire à notre stimulation, nous entrainera vers des envies de sucre et de chocolat

La sérotonine: véritable hormone du bien-être, causera des envies de glucides et produits salés qui son taux est en baisse

L’acéthylcoline: neurotransmetteur dont le rôle est important au niveau du système nerveux, sera à l’origine d’envie de gras si son taux est en baisse

L’acide gamma acido butyrique (GABA), neurotransmetteur de l’anxiété, il a pour but de calmer l’activité nerveuse des neurones sur lesquels il se fixe et permettrait de contrôler la peur et l’anxiété. Si son taux est faible, l’individu a envie de manger sans fin…..

C’est pour toutes ces raisons que l’on préconise la prise de BCAA et de cacao pour les bodybuilders afin d’éviter une prise trop importante de gras.

En effet, les BCAA (acides aminés ramifiés), auront pour fonction de réguler la glycémie. Le sucre est important pour le fonctionnement du cerveau. Or, qui dit perte de graisse suppose une réduction de la consommation de glucides. Par ailleurs, les BCAA diminueront le taux de cortisol et stimule le glucagon like peptide (GLP) libéré par certaines cellules du corps (c’est une hormone nécessaire pour envoyer un signal au cerveau afin de stopper la sensation de faim). Enfin, les BCAA aide le cerveau à maintenir sa chimie, notamment le taux de GABA

Ensuite, le cacao est également préconisé car il permet la libération de dopamines et d’endorphine. Il permet également au corps de se fournir en sérotonine. De plus, ce qui ne gâche rien, le cacao est riche en fibre et en antioxydant. Il favorisera donc la sensation de satiété et ralentira la dégradation des cellules suite à l’oxydation de ces dernières qui est causée par l’entrainement. Enfin, le cacao est riche en flavanoïdes et magnésium qui permettront l’amélioration du fonctionnement des mitochondries (elles permettent la transformation des aliments en énergie et freine donc le stockage des aliments avalés sous forme de graisse) et la diminution de la fatigue et de l’anxiété notamment responsable de la libération de cortisol

Pour ceux qui souhaitent compenser certains compléments par l’alimentation, cela est évidemment possible mais il convient de bien rechercher la propriété des aliments que vous souhaitez manger et veiller à ce qu’ils ne soient pas riche en graisses et glucides (n’hésitez donc pas à consulter my fitness le site pour avoir de nombreuses informations sur ces points). Il faut également, dans    ce cas les associer intelligemment. En effet, certains aliments comportent des acides aminés incomplets, il faut donc les associer à d’autres aliments et manger varié dans cette hypothèse (voir l’un de nos futurs articles)

Enfin, n’hésitez pas à consommer des légumes, protéines et quelques bonnes graisses si vous souhaitez limiter les effets de la ghréline en étendant votre estomac et en stimulant la libération de CKK

Pour aller plus loin, voir notamment

http://www.christophe-carrio.com/blog/files/130dd343c226120e41e448cdb3b5db64-48.html#.VAFRS_l_u8A

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Amélie Bruder

Laissez votre Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Il y a 0 Commentaire