Entrainement/Event

Comment faire reculer la montée d’acide lactique ?

La première des choses est qu’il convient de savoir que l’acide lactique n’existe pas à proprement parlé. En réalité, le corps produit du lactate et de l’acidité métabolique sous forme de proton H+ lorsque l’on passe de la filière aérobie à la filière anaérobie lactique. Dit plus simplement : courir durablement suppose une bonne oxygénation des muscles, notamment pour favoriser la glycolyse qui fournit du  « carburant » à l’organisme. Cette oxygénation n’est possible que si nous restons en filière aérobie qui est une filière qui utilise l’oxygène.

Ceci suppose donc que nous ne courions pas au-delà de notre VMA c’est-à-dire que nous ne courions pas au-delà de nos capacités en terme d’intensité faute de quoi nous basculons dans la filière qui fera produire de l’acide lactique voir de l’acidité à notre corps et qui ne nous permettra donc plus de courir bien longtemps, notamment parce que cet acide va être à l’origine de crampes musculaires d’où l’apparition des crampes à proprement parlé mais aussi des points et bien sûr, il sera absolument impossible de montée la vitesse puisqu’il sera déjà bien difficile de tenir encore avec à laquelle on a recours.


VO2 Xtreme

Par ailleurs, après l’effort, l’acide produit par le corps sera à l’origine de futures crampes et courbatures.

Dès lors, pour éviter l’ensemble de ces désagréments, les coureurs seront souvent friands à l’idée de savoir comment faire reculer la montée de cet acide.

En réalité, les choses sont simples, il convient tout simplement d’augmenter votre puissance en recourant à la technique d’entrainement dite du fractionné. Celle-ci consiste à alterner sa vitesse maximale avec des périodes de footing à 50% de cette vitesse (pour plus de détail sur cette méthode, voir notre article : course à pied mode d’emploi et améliorer ses performances avec le fractionné (méthode du docteur tabata).

Par ailleurs, sachez que le lactate produit ne sera pas mauvais pour votre corps. Au contraire, le coeur en consomme. En revanche, ce sont les protons H+ qui commenceront peut-être à vous donner de la peine lors de l’effort. Ceux-ci pourront s’éliminer rapidement si vous êtes en phase de récupération passive. Par contre, ils ne s’élimineront pas en phase de récupération active mais durant cette phase, vous apprendrez à votre corps à résister à cette montée d’acide et vous re-synthétiserez votre énergie

Du reste, quelques petites astuces alimentaires vous aiderons un peu à soutenir votre effort durant la course mais elles ne remplaceront pas, bien sûr, l’entrainement et la nécessité d’augmenter votre puissance pour atteindre votre objectif. Pour soutenir votre effort et l’oxygénation, vous pouvez pensez à prendre de la spiruline en associant avec le rhodiola. Consommez du jus de betterave devrait également vous permettre de soutenir votre course puisque les nitrates qu’il contient auraient la capacité de nous aider à courir un tout petit peu plus vite et un tout petit peu plus longtemps (voir nos articles à paraître sur ces questions).

Cet article vous a plu? Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

Amélie Bruder

Coach sportif et nutrition, énergéticienne,yoga trainer


Spiruline Bio

Laissez votre Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Il y a 0 Commentaire